Ils ne sont évidemment pas d'époque, voici des hourds en bois  pour bombarder l'assaillant avec divers projectiles, ils étaient  sensibles au feu.              Des trous dans les murs d'enceinte et les merlons ont  suggèré leur présence en ce lieu. On remarque l'escalier  volant en pierres très impressionnant.  Il est possible que ceci équipait le châteaud e  Mantaille, sur le mur nord. 
Un élément toujours présent et on le retrouve dans tous les dessin réalisé par les enfants,  les créneaux (sections ouvertes pour attaquer), mais aussi les merlons (sections pleines  pour se protéger). En grande partie murés et cachés, il réapparaissent en leur état  d'origine de nos jours. On remarquera le chemin de ronde.              je signale que l'on ne retrouve pas ce genre d'éléments à Albon ou Mantaille. 
Voici cette majestueuse forteresse dans son état d'origine (végétation en moins). On remarquera quand même les murs imposants encore en élévation. Ceci d'ailleurs permit de le  restituer tel qu'il se trouve à ce jour, mais attention ! Des milliers d'heures de travail, des milliers de bénévoles et aussi des professionnels !!! 
Si ce château (ah! non, forteresse, excusez moi M. Pottier) en impose actuellement, les choses étaient plus compliquées à l'origine, quand le site était  avec des arbres et autres éléments  de construction divers. Je ne peu vous restituer ici la difficulté de la tache tant cela parait incroyable. 
 Voici nos héros jouant les guides dans un dédale de couloirs, commentant se foisonnement  architectural. Il faut bien rentrer de l'argent et on comprend aisément pourquoi !              Le temps passe vite en leur compagnie ceci grâce à des commentaires simples basés sur le  vécu et l'expérience. On ne parlera pas que du bâtiment, mais aussi de l'humain. Ils savent se  rendre disponibles et prêts à partager avec quiconque montrera un intérêt particulier pour leur  travail.              M. Pottier n'en est pas à son premier sauvetage, en Picardie il sauve deux abbayes. Ses  travaux font sensation et il gagne ainsi le premier prix en 1965 "chefs-d'oeuvre en périls".  (Malheureusement, n'existe plus.)              Suite à ce prix de 15 000 frs gagné, il cherche une ruine, avec des murs solides, et tombe  sur le charme de Ventadour. Des subventions, mécénats, sont mis en place et Ventadour, petit à  petit, se relève. Peu de monde y croyait et la DRAC (Direction régionale des Affaires Culturelle)  lui suggère de stopper ses travaux, car "une ruine peut être consolidée, mais pas refaite". Bien  évidemment, M. Pottier s'insurge et manifeste. En 1997 la DRAC retire son financement, puis à  force de discussions les points de vues se sont rapprochés. Il y a encore 15 ans de travail. 
Rempart est né le 11 juillet 1966 et M. Pottier qui reconstruit année après année Ventadour, en est l'un des piliers. À travers la France, mais aussi le Monde, des édifices  sont en périls et sont sauvés par des professionnels, mais aussi des bénévoles. Une organisation, mais aussi des gens formidables.  Cliquer sur l'icône pour visiter le site Rempart et être informé de leurs chantiers en 2012. 
Cette vue donne toute la dimension de cette forteresse. Un petit voyage le 10 mai 2009 permet de causer "échauguette", "sapines", "hourds", "merlons", "créneaux", "voûte", "arc  de décharge", ... Bien sûr cela n'est pas une conversation classique, mais quand des passionnés d'architecture, moyen-âge et autres se rencontrent, les heures passent et les  conversations s'enchainent. 
Voici un vrais monument et j'avoue ne pas trop savoir par où commencer tellement il y a de choses à dire ! Si une première chose : Venir voir, que vous soyez  amateur ou professionnel en architecture, archéologie, moyen-âge, mais aussi simple touriste. Le "château fort" fait partie de notre culture, on a tous fait des châteaux  de sable.  Pour certains on est passé à la catégorie supérieure !!!              Il se trouve à 370 m d'altitude et contrôlait la route de Monpezat, Jaujac et le col de la Chavade. On remonte ainsi ai XIIe siècle. En 1195 la famille Solignac  possédant le fief de Meyras le cède  aux Montlaur qui le conserveront jusqu'à la révolution. Cette famille occupait la forteresse que très brièvement. En 1673 on le signale comme  intact, mais délabré, trop grand et isolé. Avec l'arrivée de l'artillerie, il perd de sa valeur. A la révolution il est vendu en lots les charpentes et autres éléments en bois, ainsi que tuiles  et carrelages ont été vendus depuis près d'un siècle. Il prend le nom de Ventadour une puissante famille, Ducs et pairs de France. En 1846 en tente une sauvegarde (Sosthène) pour  le rendre habitable. Il passe ensuite à la famille Marcieu qui le vendit à M. Pottier en 1968. En 1969 est fondée l'association de sauvegarde. 
Accueil Mantaille Albon Anneyron St Rambert Andance(ette) Autre lieux Infos sur le site Expériences Ecrits divers Ventadour Presse Cotte de mailles Ventadour